Nos filles n'épousent pas ceux qui défèquent en plein air !

Publié le par Q1t e-sens le blog

J'ai adoré ces panneaux postés à l'entrée de villages du Maharashtra, le premier État indien à avoir conduit une approche visant à mettre fin à la défécation en plein air. Des résidents ont peint des panneaux où l’on peut lire :

 

Les filles de nos villages ne se marient pas à des hommes dont les villages pratiquent la défécation en plein air!


 

 

Dans un pays où les femmes sont rares du fait des pratiques d'infanticide féminin et où se marier exigent désormais des qualités alors c'est un argument de valeur.

 

Au delà de cette campagne de communication intelligente, Oui, l'enjeu pour les femmes est considérable partout où manquent des toilettes privées et publiques et propres :

  • sécurité contre les agressions,
  • mortalité infantile
  • mortalité communautaire,
  • troubles de santé au quotidien,
  • troubles de défécation suite aux accouchements et maldies vénériennes ou urinaires associées,
  • incontinence des familles à gérer par les femmes,
  • limite des déplacements du fait de manque de toilettes en chemin,
  • intimité,
  • et dignité.

 

Comme ce sont majoritairement les femmes qui sont chargées de la toilette des enfants, de la toilette des personnes malades, de la santé dans la famille, de la propreté du linge, de la propreté du domicile et de la cour, alors l'enjeu est considérable pour elles d'abord. Elles sont exposées aux bactéries toute la journée.

 

Quelle contribution des hommes : déjà de construire des sanitaires propres pour l'épouse et les enfants, approvisionner en savon,  donner l'exemple et communiquer sur l'hygiène corporelle et celle du foyer.

Que l'homme participe aux tâches quotidiennes serait un autre engagement bienvenu et durable dans une société en pleine mutation... qui multiplie les charges quotidiennes déjà écrasantes pour la femme.

 

Contribuez aux objectifs 1, 3, 4, 5, 6 et 7 du Millénaire (OMD).

 

Prochain article : des douches séparées ou vivre plus longtemps

Publié dans Entreprenariat social

Commenter cet article